Danseuse – Comédienne – Plasticienne – Chorégraphe

Une artiste, du clown à la peinture en passant par la danse

Sarah Brun est une danseuse, comédienne et plasticienne, elle commence son parcours par le théâtre très jeune et durant 5 ans avec la Cie Le Grand Roque avant de découvrir le clown et l’approche du corps burlesque en 2001.
En parallèle, après une pratique en danse classique et modern jazz, elle s’est orientée en 2000 vers la danse contemporaine et africaine, s’est formé auprès de danseurs et chorégraphes en France et en Guinée.

Elle reste depuis quelques années axée sur la danse contemporaine et d’improvisation qu’elle a nourrie de son expérience de comédienne et de clown.

C’est en 2004 qu’elle découvre la Marionnette au travers d’une de ses créations et se forme en 2008 à la théâtralité du mouvement et la relation corps/objet auprès de Claire Heggen (Théâtre du mouvement à Paris) et Duda Paiva. Elle inscrit par conséquent son travail dans un langage corporel atypique aux multiples inspirations.
Interprète de ses propres créations, elle fonde en 2001 la Cie ça rêve (spectacles jeunes et tout public/ tournée en Roumanie pour la première création avec le soutien de la DDJS 31); puis créée en 2013 la Cie Aux portes des mots et signe son premier solo, D’argile et de jade en 2014 sur Camille Claudel qui sera diffusé jusqu’en 2017.

Elle créée en 2018 un solo sous le regard de Pedro Pauwels au Centre Chorégraphique James Carlès de Toulouse, Like a feather on my head and in my heart et participe à l’écriture collective d’un quatuor Disons que…avec la collaboration initiale de Bernardo Montet, puis sous le regard de Christophe Bergon, Nina Vallon, James Carlès et Céline Nogueira.

Après deux années de formation au Centre chorégraphique James carlès de Toulouse, elle obtient son diplôme appliqué en Arts Chorégraphiques en 2019.

Elle propose depuis plusieurs années des ateliers en danse africaine et contemporaine pour différents publics. Son approche est une danse de « jeu » et de rencontre à travers le contact et l’expérimentation du « corps animal », le corps instinctif.

Elle fait de la peinture surréaliste et crée la plupart des décors et costumes de ses créations.